Les couleurs de l’automne…


Fin d’après-midi pour des couleurs chaudes d’été indien… Un vrai plaisir pour les yeux et les sens !

La coloquinte est une courge décorative cultivée pour ses formes et ses couleurs parfois étonnantes. On l’utilise comme élément de décoration, dans des paniers en osier, à l’intérieur de la maison. Je vais me préparer le mien, car non seulement j’ai admiré ces coloquintes, mais je les ai photographiées et j’en ai achetées quelques-unes…

Vodpod videos no longer available.

Couleurs de l’automne : coloquintes, cucurbitac…, posted with vodpod

Pour garder les coloquintes, le but c’est de les faire sécher. Or, pour qu’elles sèchent, il faut qu’elles perdent leur eau. Suite à mes « balades » sur le net  voici quelques conseils de séchage des coloquintes :

– faire très attention que la courge ne perde pas son pédoncule ;

– ne pas faire de trou dans la courge ;

– faire sécher une courge prend 9 mois ;

– la mettre dans un endroit sec, pas au soleil, plutôt à l’ombre.

Il est conseillé aussi en tout premier lieu de les laver à l’eau savonneuse (ce que j’ai fait), il paraît que cela accélère le processus de séchage en ôtant la pellicule cireuse qui les recouvre naturellement.

Toutefois si vous voulez profiter de vos coloquintes aux couleurs vives, gardez-les dans la maison pendant en moyenne 1 ou 2 mois. Dans ce cas, attendre que l’humidité intérieure ressorte sous forme de légère couche de moisi, brosser, attendre l’apparition d’un éventuelle nouvelle couche de moisi et ainsi de suite jusqu’à ce que ce toute l’humidité des courges soit entièrement ressortie. Une fois cette étape passée, vous pourrez les peindre et une fois sèches les vernir.

Publicités

2 réflexions sur “Les couleurs de l’automne…

  1. Ah c’est génial !!! Les Péruviens font aussi cela sur les calebasses ! ils les gravent entièrement avec des dessins racontant l’histoire des Incas… J’en ai une à la maison je vais la prendre en photo pour la mettre sur le blog 😉
    Et je te dirai si j’arrive à faire sécher mes coloquintes !!!
    Bises Danielle et bon début de semaine…

    J'aime

  2. Pas facile de les faire perdre leur eau en Charente-Maritime peut-être. L’air est si humide !
    Quand j’étais au Nord Cameroun, je faisais de la pyrogravure sur des calebasses. Vers l’Adamaoua les femme borobos en font de superbes avec des pigments de plantes mélangés au Kaolin.
    Bises Marie et bonne soirée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s