Arganier et huile essentielle au Maroc : un patrimoine


Marrakech regorge d’herboristeries que l’on trouve le plus souvent dans les souks proposant notamment la fameuse huile d’argan.

Herboristerie de la place des épices, Marrakech

img_4059_450px.jpg
Photo Marie Sophie, Marrakech, janvier 2008


L’arganeraie, réserve de biosphère (programme de l’UNESCO sur l’homme et la biosphère), est située au sud-ouest du Maroc, en bordure du Haut Atlas et de l’Anti Atlas. La région englobe le parc national Souss-Massa.

moroccobr.jpg

L’arganier (Argania spinosa) est une espèce endémique donc l’intérêt de la conservation est avéré, cette espèce étant particulièrement bien adaptée aux conditions d’un environnement aride. L’arganier est non seulement important comme réserve de biosphère, mais également pour la recherche (connaissance de l’espèce et son utilisation) et le développement socio-économique. Les utilisations de l’arganier sont multiples : alimentation, médecine, cosmétiques mais aussi depuis toujours bois de chauffage et nourriture des troupeaux de chèvres… En raison de sa situation, en bordure du Sahara, il joue également un rôle important contre la désertification.

800px-plantation_arganier_luc_viatour.jpg
Plantation d’arganiers (Essaouira, Maroc) Photo Luc Latour.

450px-argania_spinosa.jpg
Argania spinosa, near Agadir, Maroc

La majorité de la population dans la réserve de biosphère est d’origine berbère et la région comprend 2.374.000 habitants, incluant la ville d’Agadir. Un système de coopératives, bien ancré depuis une dizaine d’années, permet de faire face à une demande croissante pour l’huile d’argan. Ces coopératives sont tenues par des femmes et permettent le maintien des populations locales en place. Ces structures sont l’occasion pour les femmes d’améliorer leur quotidien, même si elles ne génèrent pas de grandes fortunes et surtout de leur procurer un travail régulier. Si les conditions de travail sont traditionnellement dures, un programme portant sur leur amélioration a été mis en place.

427px-maroc_essaouira_argane_oil_luc_viatour_1.jpg
Femme de coopérative (Essaouira, Maroc) Photo Luc Latour.

Enfin ces coopératives sont en commerce équitable et en partie financées par de grands organismes. Elles sont parrainées par l’Agence de développement social (ADS) avec le soutien de l’Union européenne. L’UCFA (Union des Coopératives des Femmes de l’Arganeraie) est la plus importante union de coopératives pour l’argan au Maroc. Elle regroupe vingt-deux coopératives que l’on retrouve un peu partout dans la région. Les femmes, mieux organisées se voient ainsi un revenu équitable garanti par le biais des coopératives.

maroc_essaouira_argane_oil_luc_viatour_2.jpg
Femme de coopérative (Essaouira, Maroc) Photo Luc Latour.

Liens :

Parc National Souss-Massa

L’Huile d’Argan

Société EFAS (coopérative)

Coopérative Ajddigue de Tidzi

L’Huile d’Argan

2 réflexions sur “Arganier et huile essentielle au Maroc : un patrimoine

  1. les femmes n’ont malheureusement pas de revenus ou si peu malgré tous les reportages et les articles de journaux…. Pire les coopératives ferment faute de matiere premiere achetée par les multi nationales qui vont mettre 0,0001% d’argan dans leurs produits…. C’est triste

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s